jeudi 14 mars 2013

31# Changement de famille, épisode 4.




Bon comme promis voilà mon deuxième post à la suite du précédent.



Donc j’ai en effet changé de famille une quatrième fois (je fais fort je sais). Tout se passait très bien chez Galia (vous allez finir par croire que je suis insupportable puisque personne ne me garde) mais elle va commencer à travailler avec des horaires étranges (deux jours de suite puis deux jours de vacances), ce qui fais que j’aurais été tout le temps toute seule et elle ne le souhaitait pas. Je m’attendais à retourner chez Irina, mais visiblement ses problèmes ne doivent pas être résolus puisque le Rotary m’a annoncée qu’une copine à moi allant faire son échange d’ici l’année prochaine ou celle d’après avait demandé à m’héberger. Je me demandais bien qui pouvait vouloir de moi (ah-ah), il m’a dit que c’était Alina, une des meilleures amies de Julie qui m’a beaucoup aidée quand je suis arrivée car elle parle très bien anglais. J’étais contente mais stressée de encore une fois tout recommencer à zéro. Un dimanche en fin d’après-midi, Alina et sa maman, Natacha (surnom de Natalia) sont donc venues me chercher chez Galia et m’ont emmenée à leur maison située à 4 minutes à pied de l’école, me revoilà à nouveau dans le centre pour ma plus grande joie ! L’appart est beaucoup plus petit que les autres où j’ai vécu mais à trois cela convient très bien. Il est constitué d’une chambre (Alina me l’a laissée et dort dans le canapé pliant avec Natacha, je me sens coupable …), d’un salon, d’une cuisine et d’une salle de bain. Elles m’ont montré comment fonctionnait tout, m’ont dit de faire comme chez moi, de me servir dans le frigo quand j’avais faim etc … Elles sont toutes les deux super gentilles avec moi, me posent plein de questions et Natacha a été contente de savoir que mon papa travaillait à l’aéroport comme elle (bon, j’ai un peu simplifié les choses, je suis incapable d’expliquer ce en quoi ça consiste exactement ahah). Alina est très souvent dans la chambre avec moi, c’est là qu’elle fait ses devoirs etc, au début je pensais que ça allait être dur mais en fait ça ne me dérange pas, ça me fait de la compagnie et on parle beaucoup ! A l’heure où je vous écris ça fait un peu plus de trois semaines que je vis avec Alina et sa maman et je me sens déjà membre de la famille, je suis déjà invitée par tous les amis de famille, ceux que j’ai déjà rencontré, ceux qui veulent me rencontrer, etc … Le deuxième soir avec Natacha et Alina nous sommes allées au restaurant chinois avec des amis de famille, des membres de la famille etc, j’ai tellement mangé que j’ai failli vomir après (et encore, on est parties après le premier dessert), c’était tout hyper bon (salade de champignons, poulpe, calamars, et d’autres trucs non-identifiables) mais en quantité de banquet. A ce repas, ils m’ont tous énormément parlé et posé de questions, c’était génial. Comme je le disais, je suis allée également chez des amis à elles « boire le thé » (ce qui sous-entend manger à en exploser), tous sont adorables. Bref, c’est parfait. Alina ne dort pas dans ma chambre mais tous les soirs on regarde des films ou on parle jusqu’à 1h30 ou 2h, autant vous dire que je suis très très fatiguée. Alina étant aussi très proche de Julie, cette dernière est très souvent à la maison et c’est super ! Bref, tout se passe tellement bien que lorsque Natacha a eu des promotions sur les billets d’avion pour le Japon (son rêve), c’est tout naturellement qu’elle m’a proposé d’aller avec Alina et elle en payant juste le billet d’avion (elle aurait payé l’hotel etc). Bon, un concours de circonstances fait que le voyage a Moscou/St.Pétersbourg est décalé au 17 mai, alors que Natacha et Alina partent aux alentours du 10 au Japon … Mais ça m’a énormément touchée qu’elles me proposent. Natacha est adorable, elle m’achète des millions de trucs et refusent que je la rembourse. Bref, au niveau  famille d’accueil c’est vraiment le bonheur !

 



Voici ce qu’il s’est passé d’autre d’inhabituel :
 

Le 11 février, ce furent les 17 ans de Caleb. Pour cela la veille, nous nous étions tous retrouvés pour préparer des petits cœurs en papier avec des petits mots gentils que nous avons dès le matin collés partout dans la classe et sur son bureau. Il a eu le droit à la tradition du tirage d’oreilles (la personne dont c’est l’anniversaire s’assied et un des ses amis doit lui tirer les oreilles vers le haut un certain nombre de fois (son âge) de plus en plus fort pour le faire grandir), au chant en anglais et en russe puis aux cadeaux tout le long de la journée. Alors que j’étais en cours en train de suivre bien sagement et de prendre des notes - non je rigole -,  Elena m’a envoyé un texto pour me dire de prendre Blake et Caleb et de sécher nos deux dernières heures de cours pour rentrer dans leur famille d’accueil. Nous sommes donc rentrés et avons constaté que nos adorables classmates lui avaient également collés des cœurs en papier partout dans l’immeuble. On a retrouvé les parents et les deux frères d’accueil de B&C puis on est tous partis en voiture pour une destination qui est restée une surprise jusqu’à notre arrivée. On est sortis de Magadan et on s’est arrêtés au bord de la route juste vers un minuscule restaurant spécialisé dans les chachliks. J’allais enfin pouvoir goûter cette spécialité russe dont on m’a tant parlé ! Le restaurant était exclusivement vide et Vladimir et Macha (les parents d’accueil de B&C) avaient réservé une petite salle à part pour être sur de pas être dérangés. On a mangé les 10 000 entrées : du pain typique avec de la sauce oignon-ketchup (une tuerie !), des salades en tout genre, de la charcuterie etc … Ensuite les chachliks sont enfin arrivés, et là je peux affirmer que ça dépasse de mille fois le borsch (que j’affirmais être mon plat préféré) … Nous avons pris au porc et à l’agneau pour comparer, les deux sont à se rouler par terre, la marinade est parfaite (désolée Papa, mais tes barbecues sont pas à la hauteur), bref j’ai mangé à m’en faire exploser le bide. A évidemment suivi l’énorme gâteau d’anniversaire, j’ai vraiment cru que j’allais exploser ! Ensuite le monsieur du restaurant a mis la musique de « ssdniom rajdenia » (« bon anniversaire » en russe) alors j’ai entrainé tout le monde à danser dans la grande salle, rejoint par les deux autres uniques clients arrivés entre temps, c’était hyper convivial etc … Pour bien faire passer tout ça et continuer dans le traditionnel nous voilà partis en voiture jusqu’à la mer. Là, j’ai ENFIN pu faire ce que je rêvais, rouler dessus. Bon, je reconnais que quand nous nous sommes engagés dessus mon ventre s’est un peu noué, mais ensuite Vladimir a accéléré directement jusqu'à 60km/h environ et là j’ai réalisé. J’ai commencé à filmer (vous verrez la vidéo quand je rentrerai en France) et tout le long je n’ai pas pu m’empêcher de pousser des petits « ooooooh ». Vladimir était content, ils m’ont dit que j’étais comme une gosse qui voit la mer pour la première fois, et je me rendais bien compte que c’était ça oui. On a fait deux-trois kilomètres sur la mer puis on s’est arrêtés vers un attroupement de voitures (sur la mer si si), et là quand j’ai posé mon pied sur la glace, j’ai cru que j’allais fondre de bonheur (personne ne peut comprendre ça avant de l’avoir vécu je peux vous l’assurer), je me suis mise à faire 67869797766692298887 photos, puis j’ai dit à Blake « le premier arrivé au Japon a gagné » et on s’est mis à courir à en vers le large sous le regard d’incompréhension des autres et des pêcheurs. Après des milliards de photos on est retournés vers les autres qui avaient emprunté une grosse vis (ça s’appelle une vis mais ça en a pas la taille, c’est à le même format que les vis pour faire le vin vous me suivez ?) et on a creusé notre trou dans la glace jusqu’à arriver à la mer (à peu près 1m60 de glace), on a mis notre main dedans histoire de marquer le coup puis comme on avait pas de canne à pêche ni rien on est allées vers une petite dame et son mari qui pêchait pour regarder. Elle a vite compris (vu les étoiles dans mes yeux je suppose) qu’on n’était pas russes alors elle nous a proposé de nous laisser essayer. Bon évidemment ce n’est pas en tenant la canne à pêche cinq minutes chacun qu’on a attrapé un poisson sachant que par jour dans le meilleur des cas on peut en pêcher une petite dizaine. On a beaucoup parlé avec elle et son mari, ils étaient super gentils avec nous, ont accepté de poser sur mes photos, nous ont montré leurs poissons etc … On a du rester sur la mer une heure et demie mais il faisait super beau et chaud (enfin, dans les -15 quoi ahah) alors c’est passé super vite, la prochaine fois Elena a promis de nous emmener sur une journée yihaaaaaa ! En rentrant, alors qu’on roulait encore sur la mer à un petit kilomètre des cotes avec la musique fond et que j’étais encore sur mon nuage de bonheur, David et Nikita (les hosts frères de B&C) ont crié « donut ! donut ! », j’ai pas compris jusqu'à que Vladimir nous disent « accrochez vous ! » (aux poignées bien sur, ça doit faire 6 mois que je n’ai pas attaché ma ceinture dans une voiture ahah) et il  a commencé à faire des dérapages de fou (je dis des dérapages mais c’est pas vraiment ça, c’est plutôt des tours sur nous-mêmes en voiture, il a accéléré à fond et a tourné le volant au point maximum dans un sens, sachant que la glace est hyper glissante on a fait plusieurs tours sur nous-mêmes. Là j’ai cru que j’allais exploser de joie, on s’est tous pris par la main et on s’est mis à chanter à tue-tête (je ne me fais plus trop d’espoir quant à l’image que Vladimir et Macha ont de ma santé mentale ahah). Bref j’ai énormément remercié tout le monde et je crois que c’était la meilleure journée de mon échange !

Le 14 février ce fut la Saint Valentin. En cours, nous avions tous eu instruction de bien s’habiller. Le matin en arrivant, on piochait un numéro (les filles dans un certain panier et les garçons dans un autre) et pendant la journée on devait retrouver la personne du sexe opposé avec le même numéro puis aller dans la tente montée pour cette occasion où on signait un papier en disant qu’on se mariait et on nous dessinait une alliance sur le doigt. Et comme les russes doivent croire que je suis née de la dernière pluie, c’est donc avec une surprise feinte que mes amis ont constaté que le garçon avec le même numéro que moi était … Blake ! Mais sinon c’était cool, ça faisait des couples avec des grosses différences d’âge c’était marrant. C’était super sympa, l’école était toute décorée avec des affiches, des cœurs en papiers ou en autres matières. Tout au long de la journée une boite aux lettres en carton à circuler dans lesquels tu mettais les mots que tu voulais faire passer à certaines personnes. J’ai reçu une quinzaine de mots, la plupart juste d’ami(e)s qui me disaient qu’ils m’adoraient et que j’allais leur manquer, mais aussi trois déclarations anonymes, j’ai également reçu quelques petits cadeaux. A la fin de la journée, les cinq premiers couples à s‘être trouvés gagnaient des prix, le premier couple a refusé de participer (je sais pas pourquoi) alors Blake et moi qui étions deuxième on a gagné le premier prix, un énorme cœur (1m sur 1m) et comme je suis la fille c’est moi qui l’ai gardé héhé !

Nous avons Blake et moi organisé un anniversaire à Caleb. Nous avons demandé à Stas l’autorisation du Rotary de nous prêter une petite salle du théâtre où nous pourrions manger et danser et nous avons donc organisé une petite fête un samedi soir. J’avais invité toute la classe ainsi que d’autres amis d’autres classe et au final nous étions 18 ce dont je suis assez contente, je ne pensais pas que autant de gens viendraient et tous bien habillés comme je l’avais demandé. On s’était tous donnés rendez-vous une demi-heure avant l’heure donnée à Caleb pour installer le manger, la musique etc … Notre prof principale -qui était là aussi- avait acheté des chapeaux d’anniversaire et nous avons fait une haie d’honneur pour quand il est arrivé, on lui a offert ses cadeaux puis manger (le gâteau en premier en attendant les pizzas ahah) mais on s’est vite retrouvés en pénurie et j’ai du courir jusqu’au magasin ouvert le plus proche (15 minutes l’aller en courant) dans la nuit pour acheter à manger et à boire. Ensuite on a dansé etc, c’était super sympa même s notre prof nous a stoppé à 21h30 parce que « il est tard ». Tout le monde est parti sauf Alina, Julie, Stas, B&C et moi qui avons tous nettoyé puis mangé les restes en se racontant des blagues. C’était sympa, Caleb a remercié tout le monde d’être venu et ça m’a fait plaisir que ça lui fasse plaisir !

Episode suivant, le 23 février, fête russe. Au départ c’était la fête en honneur aux soldats de l’Armée Rouge puis s’est devenu fête des défenseurs de la patrie, sous-entendu des hommes. A cette occasion, nous avons tout d’abord défilé lors d’une parade militaire. Ca faisait quelques semaines que nous répétions après les cours à marcher tous au même pas, à répondre aux ordres de notre commandant (un garçon de notre classe) etc … Pour mes classmates c’était évident (ils font ça depuis la 8e classe (quand ils ont 13 ans environ)) mais pour moi une vraie galère, ne pas lever sa jambe trop haut ni trop bas, régler son bras depuis son épaule jusqu’au bout des doigts sur les battements de notre commandant etc. On a aussi appris un chant à chanter. On nous a distribué des uniformes (juste une chemise kaki et un petit chapeau en toile, on devait juste avoir un pantalon noir et des chaussures noires et les filles devaient se faire deux tresses. Le 21 ce fut le vrai jour (le 23 est férié), des militaires de carrière sont venus nous examiner, nous passions par groupes de niveau (8e et 9e classes ensemble et 10e et 11e ensemble et à chaque fois il y  avait un classement. Ma classe a été deuxième sur le classement général mais on a eu le prix pour le meilleur commandant donc c’est sympa ! Le 22 on a tous fini les cours à midi puis il y a eu un concert en l’honneur des garçons de l’école. Toutes les filles des deux 10e et moi on a préparé une danse-chant, il y avait d’autres danses, chants, pièces de théâtre etc. On m’avait aussi demandé de préparer un poème en français. Malheureusement j’ai un peu (beaucoup) raté, je connaissais parfaitement bien mon poème mais je sais pas, au lieu de fixer une seule personne comme je fais d’habitude j’ai voulu regarder toute l’assemblée et j’ai stressé, j’ai bafouillé et je me suis mise à trembler comme une feuille du coup la fin j’ai improvisé et dit des vers qui ne faisaient pas partie de ce poème. J’étais déçue mais surtout folle de rage envers moi-même. Enfin bref, c’est pas grave. On a aussi offert des cadeaux aux garçons de notre classe, on avait tous donné une petite somme et on avait acheté des coffrets de déodorants-parfums de marque et ils avaient l’air contents donc ça va.

Et rebelote le 8 mars avec la fête des femmes ! Le 7 mars, à l’école, nous devions encore une fois venir bien habillées. Les garçons de notre entourage nous ont offert des petits cadeaux personnels, des bouquets de fleurs et des chocolats, ainsi que le cadeau commun, un sachet de crèmes et savons pour chacune. Les garçons de notre classe nous ont avaient aussi préparé un poème en mime. Puis, après la banalisation des cours à midi il y a eu un concert mais cette fois organisé par tous les garçons avec chants, danses, poèmes, pièces de théâtre etc … C’était super sympa !

Et le 8 mars, jour férié bien sur ! Pour fêter dignement cette fête de la femme, Alina avait invité 6 copines à la maison que Natacha nous avait laissée. J’ai voulu cuisiner autre chose que des roses des sables mais Julie et Alina ayant vu les photos elles ont absolument voulu tester. On a donc bu, mangé des gateaux (mes roses de sables ont fait un tabac pour changer), des pizzas etc, puis mis de la musique et dansé toutes ensembles, fait des photos etc, en étant interrompus par les garçons qui frappaient à la porte pour nous apporter des cadeaux et des fleurs. Bref, c’était génial !



 
Je vous fais très bientôt un article bilan pour mon 7e mois en Russie !





Merci à tous de suivre mes aventures, mon blog a été vu plus de 8000 fois depuis plus de 20 pays : France (y compris La Réunion, Guyane Française et  Martinique), Taiwan, Russie, Norvège, USA, Pérou, Australie, Canada, Algérie, Pays-Bas, Brésil, Inde, Suède, Tunisie, Pologne, Grande-Bretagne, Argentine, Allemagne, Nouvelle-Zélande, Turquie, Belgique, Monaco et Ukraine.
 
 
 
 
 
 

mardi 5 mars 2013

30# Changement de famille, épisode 3.



Par rapport au titre de mon post : Je vous entends déjà crier « ENCORE ?! », je vous dois des explications. J’étais très bien chez Irina et Aleksandre, ils étaient très gentils avec moi et me traitaient parfaitement bien, je les aime beaucoup ! Mais ils se sont disputés et ne s’adressaient plus la parole. Malgré cela ils continuaient à prendre soin de moi etc, mais je suppose que ce n’était pas très confortable pour eux que je sois là pendant leurs problèmes de couple. Irina est donc venue me voir un samedi aprem alors que je me préparais pour aller à un spectacle (l’élection de l’étudiant de l’année, chaque école présentait son meilleur étudiant qui lui-même préparait une présentation avec ce qu’il savait faire etc, plus des tests de culture, Ksioucha a gagné (je suis l’ami d’une star héhé)) et m’a dit que je changeais de famille le jour même directement après le spectacle mais que ça ne serait que deux semaines le temps que les choses se calment. Bref, le spectacle commençait 50 minutes plus tard, plus le temps d’y aller, j’ai donc eu 40 minutes pour emballer « le minimum » pour deux semaines (je mets au défi quiconque de le faire). Après le concert on est donc repassés chercher mes affaires, passés chercher Elena (ma coordinatrice Rotary) et allée chez ma nouvelle famille qui habite très très loin du centre. Ma nouvelle famille s’est révélée n’être composée que d’une dame de 60 ans, Galia, la belle sœur d’Elena (la mère du mari de sa fille précisément). On a pris le thé et parlé toutes ensemble puis Irina et Elena sont parties (non sans larmes de ma part). Galia m’a fait visiter l’appartement, un tout petit peu plus grand que celui d’Irina, avec ma chambre à part et tout et tout. Elle parle énormément, est hyper attachante, m’a tenue la main tout le long etc. On a mangé et j’ai défais mes valises puis on a remangé etc. Le lendemain matin, elle a pris le bus avec moi pour me montrer le bon arrêt et elle absolument voulue me tenir la main jusqu’à l’école. Bref voilà, je suis restée chez elle deux semaines. Je me suis beaucoup attachée à elle-même même si il y a eu des moments où j’ai eu du mal à supporter son hyper-protection. Exemple : elle m’a tous les jours préparé des multitudes de plats (3-4 salades pour l’entrée, une filet de poisson, une tarte de légumes, de la purée, des raviolis, du fromage et un gâteau en dessert pour le même repas) et si jamais je ne me resservais pas d’un plat (juste pour ne pas exploser de sur-indigestion) elle s’excusait une centaine de fois en disant « Oh pardon pardon j’aurais du me douter que t’aimerais pas pardon pardon » puis en jetant tout à la poubelle avant même que j’ai le temps de protester. C’était mignon au début de voir qu’elle faisait tout pour que ce soit parfait mais à force insupportable de devoir manger à en vomir après sans toutefois pouvoir la satisfaire … Nevermind, je me suis énormément attachée à elle aussi, elle m’a énormément appris de choses sur la Russie du nord, les dictons etc, et ce fut un vrai coup au cœur de devoir la quitter, autant pour elle que pour moi. Mais comme elle m’a vraiment traitée comme une reine (la reine des mangeuses notamment ahah), je lui ai promis de rester en contact avec elle, l’autre jour je l’ai donc appelée et elle m’a invitée à manger avec Blake. C’était excellent comme d’habitude bien qu’en quantités gigantesques et elle est vraiment adorable.
Autre chose, j’ai continué les présentations dans les différentes classes de la fac d’Irina (j’ai du la faire 5 ou 6 fois) mais je l’ai aussi faite dans un lieu où je n’avais jamais eu l’occasion d’aller, une детский дом (dietckii dom, maison d’enfants). Les maisons d’enfants sont des institutions assez semblables aux orphelinats sauf qu’ils ne concernent pas uniquement les orphelins, mais aussi les enfants dont les parents travaillent loin et ne rentrent que rarement à Magadan, dont les parents les battaient ou étaient alcooliques ou dont les parents n’avaient pas assez d’argent pour les élever. Il y a deux types de maisons d’enfants : celles situées dans Magadan même et qui concernent les « enfants » de plus de 16 ans qui sont assez grands pour se gérer tout seul, c'est-à-dire que le logement leur ai offert mais qu’ils doivent se préparer à manger etc … et les maisons d’enfants dans les petits villages aux alentours qui concernent les enfants de 0 à 15 ans. Ceux-là sont logés, nourris et l’école est directement intégrée dans le pensionnat. C’est dans ce type de pensionnat que nous sommes allés un dimanche Blake, Irina, Svetlana et Ania (la dame gentille du Rotary et sa fille de mon âge) ainsi que les conducteurs des 4x4 les plus gros que j’ai jamais vu (pour affronter les routes verglacées et enneigées) pour aller à Olia, petit village misérable au bord de la mer à 30 kilomètres (comprendre 1h45 de route) de Magadan où 85% de la population est alcoolique. Arrivés là-bas nous avons été accueillis comme des rois par les membres du personnel au grand complet (une vingtaine de personnes) plus les 86 enfants de 2-3 ans jusqu’à 15 ans. On a installé notre matos et on a fait nos présentations, chantés nos hymnes puis pour nous remercier ils ont tous ensemble chanté l’hymne russe, j’ai versé ma petite larme tellement c’était beau. Bref ils nous ont posé des milliards de questions, ont été très intéressés et après les adultes enseignants se sont rassemblés pour parler à Sveta, Irina etc et pendant ce temps des millions de gamins de 12-13 ans se sont jetés sur nous, les garçons sur Blake et les filles sur moi. Une petite mignonne, Natacha, m’a dit qu’elle allait me faire visiter là où ils vivaient. Me voilà donc partie entourée d’une vingtaine de petites gamines qui piaillent, me bombardent de questions et de photos. C’est super bien organisé, il y a plusieurs « maisons » (comme à Poudlard (vive mes références je sais), tout est dans le même bâtiment, mais il y a plusieurs « maisons » (Gryffondor, Serpentard etc) et chacune est indépendante, a sa salle de bain, ses chambres (filles et garçons séparés bien sur), sa salle de garde (pour faire les devoirs), son salon etc) dans lesquels les enfants sont repartis. Quand on m’a dit que j’allais aller dans cette maison d’enfants je m’attendais à un lieu pauvre, sale etc (non, je n’ai pas de préjugés particuliers concernant les maisons d’enfants en Russie, c’est juste qu’Olia est un village minuscule, très pauvre et je ne m’attendais pas à ce que la maison d’enfants soit clinquante neuf). Ils prennent les repas tous ensemble, ils ont un grand gymnase, beaucoup de matériel de sport, de technologie etc … On se croirait presque dans une résidence étudiante. Je m’attendais aussi à trouver des enfants tristes alors que j’ai rencontré des gamins formidables, avec une maturité étonnante pour leur âge et leur passé (la plupart ayant perdu leur parents, ou bien été battus/rejetés). Ils sont très proches des adultes sur place, se tutoient tous, se font des câlins, et on peut dire qu’ils m’ont adoptée vu comme ils se comportaient avec moi (bisous, câlins etc). J’ai vraiment découvert quelque chose de très enrichissant qui me fait encore une fois relativiser par rapport à tout ce que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant.



Je finis par des excuses comme d’habitude, je suis désolée de poster si peu de nouvelles, je n’ai vraiment pas le temps, je ne pose plus une seule seconde, j’ai un emploi du temps de ministre (avec la fatigue qui va avec malheureusement).
 

Sachez que ce n’est pas parce que j’écris beaucoup moins que je vous oublie, au contraire ! D’ailleurs, je commence dès maintenant à écrire mon article concernant mon changement de famille n°4 et d’autres activités peu communes (je vous dis ça pour vous mettre l’eau à la bouche et que vous continuiez à me suivre héhé !) !
 
 

Plus de 4600 vues sur tous les continents, merci beaucoup de me suivre malgré la rareté de mes postes !
 
 
 

dimanche 27 janvier 2013

29# Bye 2012, Hi 2013 !



C Новым Годoм и C Poждecтвoм !

(« Snovim godom i Srajdestvom » soit « Bonne Année et Joyeux Noël »)

 

Bonjour à tous, je vous souhaite une très bonne année 2013, pleine de bonheur, de réussite, de santé, d’amour et tout ce qui va avec (oui je suis trèèèèèès en retard).


Voici comme d’habitude les news !

 

Le 24 décembre, je n’étais pas en vacances, les russes fêtant Noël le 7 janvier. Comme beaucoup de personnes me demandent l’explication, là voilà : En -45, suivant la recommandation d’un astronome, Jules César fait introduire dans le calendrier une année bissextile tous les quatre ans, aboutissant à des années d’une durée moyenne de 365,25 jours, c'est-à-dire un peu plus que l’année astronomique des saisons fondées sur la révolution de la Terre, soit 364,24 jours. L’écart n’a cessé de se creuser au fil du temps pour atteindre 10 jours au XVIe siècle. En 1582, le pape Grégoire XIII décide de rétablir la concordance : le lendemain du jeudi 4 octobre est décrété vendredi 15 octobre, désormais l’écart n’est plus que d’un jour tous les 3000 ans. Le nouveau calendrier est adopté dans tout le monde occidental, mais l’Eglise orthodoxe, dans un mouvement d’opposition à Rome, continue de suivre le calendrier julien, en retard de 13 jours sur le calendrier grégorien. Ce n’est qu’en 1923 que le gouvernement soviétique fait passer le pays au calendrier grégorien. Cependant, les fêtes religieuses orthodoxes suivent toujours le calendrier julien, c’est pourquoi la semaine de Pâques ne tombe pas à la même date qu’ailleurs et que Noël se fête le 7 janvier. Bref, je continue donc. Heureusement pour moi, ma classe passant des examens les 24 et 25 décembre, j’ai été dispensée d’aller en cours. Pendant la journée, autant vous dire que mon moral n’était pas particulièrement très haut. A 18 heures, nous avons récupérer B&C et Stas puis nous sommes partis à l‘église catholique pour la messe de Noël avec Irina. Première fois que j’y allais, elle est assez différente des églises catholiques en France. Elle est très basse de plafond, en forme hexagonale, et lorsque l‘on passe la porte d’entrée on se retrouve dans un grand hall avec des portemanteaux etc et il faut passer une deuxième porte pour rentrer dans l’église elle-même. Là-bas, Blake et Caleb sont partis se déguiser et je suis allée discuter avec un monsieur de l’église (Michaël) auquel B&C avaient parlé de moi. Nous sommes ensuite partis nous asseoir et la messe a commencé. C’état assez perturbant, y’avait plein de gamins qui hurlaient, les gens parlaient à voix haute en même temps que le prêtre etc … Nous avons chanté des chants de Noël et puis le spectacle a commencé. Ca racontait l’histoire de Noël (depuis l’annonciation jusqu’à la naissance de Jésus) et Blake et Caleb étaient deux des rois-mages, c’était sympa. Ensuite le prêtre criait au micro « C’est la naissance de qui aujourd’hui ??? » et d’autres questions comme ça, vraiment étrange. A la fin du spectacle, Blake m’a présenté au prêtre qui était tout content d’enfin me rencontrer. A la fin il y avait une distribution d’ours en peluches et de chocolats pour les enfants, mais comme je suis une privilégiée (héhé !), j’en ai eu aussi, c’était mes premiers cadeaux de Noël. Sur le chemin du retour, Irina s’est arrêtée acheter un gâteau, toute désolée d’avoir oublié que c’était aujourd’hui pour moi Noël. On a mangé normalement puis je leur ai donné des coffrets de chocolats. Du coup Aleksandre m’a donné 1000 roubles (environ 25€). Je suis allée me coucher et j’ai beaucoup parlé avec Blake parce que j’étais un peu (bon d’accord, beaucoup) homesick. Et le lendemain en me levant, une surprise m’attendait : un super collier en argent offert par Irina et Aleksandre. La journée du 25 je suis allée faire les magasins dans un chinese mall extérieur avec Blake pour ses cadeaux de Nouvel An, et je suis fière de vous annoncer que je suis la meilleure négociatrice ! Je lui ai obtenu un collier à 5€ au lieu de 10, un peignoir à 20€ au lieu de 35 et une couverture à 20€ au lieu de 50. Je suis assez fière de moi même si je suis sure que j’aurais pu faire baisser les prix encore plus (battements de cils, petit voix et le « je suis française » qui les fais tous tomber ahah). Du coup on a bien parlé avec un des marchands (celui de la couverture) qui nous a dit que si on avait encore besoin de quelque chose il fallait revenir. C’était bien folklorique.

Le 26 décembre, je suis partie avec Irina à ma réunion Rotary hebdomadaire sans me douter que ce serait une réunion inhabituelle. Et là-bas, elle m’a donné un costume de Sniégourotchka et s’est habillée elle en Père Noël. On a coupé des gâteaux qu’on avait acheté, décoré la table avec des serpents miniatures, en chocolat, porcelaine etc (2013 sera l’année du serpent). Ensuite quand tout le monde était là (13 à table héhé) y’a eu des millions de cadeaux, c’est moi qui en a eu le plus (héhé) : deux foulards, des crèmes pour le corps, des chocolats en forme de serpent, des bonbons en forme de serpent, un porte-clés serpent, une figurine serpent (ils font pas les choses à  moitié ahah), une boîte en forme de cœur toute mignonne avec des serviettes rouges roses et blanches en cotons, une cuillère en porcelaine avec écrit Magadan et une médaille de winner (j’ai pas compris pourquoi). On a mangé à s’en faire exploser le bide puis on est allés se promener dans le théâtre (les réunions Rotary ont toujours lieu au théâtre). Y’avait une estrade alors on est montés dessus et on a chanté, dansé, fait des milliards de photos etc … C’était super sympa, on s’est bien amusés et ça a remonté mon moral qui n’était pas très haut.

Le 27 décembre, après les cours on a eu une excursion en bus pour voir tous les sapins décorés de la ville. On avait une guide qui nous expliquait l’histoire des sapins de Noël, c’était sympa mais il faisait bien froid.

Le 28 décembre, dernier jour de cours. La directrice (membre du Rotary) avait été impressionnée par notre performance de chant de Noël au théâtre le 27 alors elle nous a fait chanté pour le concert de Noël des profs, j’avais des copains qui chantaient aussi, d’autres qui dansaient etc, c’était sympa (oui, je finis tout ce que je raconte par « c’était sympa »).
 
Le 30, on a installé le sapin de Nouvel An !!!!!!!!

Le 31, levés à midi et Irina et moi avons commencé à cuisiner immédiatement (je ne me doutais pas encore que nous ne finirions que très tard). Et en effet, nous avons fini de cuisiner et faire tenir tous les plats sur la table à …… 23 heures ! Je peux donc vous assurer que il y avait de quoi nourrir tout Magadan  pour un mois : 5 sortes de salade (mais toujours recouvertes d’une tonne de mayonnaise), du poulet, des pommes de terre, de la salade d’algues (les algues qu’on avait ramassé sur la plage) ainsi que LE plat de Nouvel An : un espèce de jelly (comme la gelée du paté en croute) avec des morceaux (celui chez Blake était aux crevettes, le notre au poulet). C’est franchement bizarre et ça n’a pas beaucoup de gout vu que c’est juste du gluglu. Sans oublier en plus de ça des clémentines, du raisin et du jus de baies. A 23h on est allé se préparer et on s’est mis à table vers 23h25. On a mangé en regardant une émission du genre « Le plus grand cabaret du monde » mais juste avec de la musique/des danses de Nouvel An. A 23h55 on  regardé le speech de Poutine qui souhaitait du bonheur, de la santé et de la réussite à tous. Ensuite décompte des douze coups de minuit sur l’horloge du Kremlin, il n’y avait plus un bruit dans la rue ni nulle part. A minuit pile, pendant qu’on était debouts et que les premières notes de l’hymne national résonnaient, Aleksandre a fait sauter le bouchon de la bouteille de champagne et nous servi. Il y avait des milliards de feux d’artifices, c’était vraiment impressionnant, plus que pour le 14 juillet en France, j’avais l‘impression qu’on était en guerre et que les bombes tombaient. On a bu note flute de champagne et avec Irina on est allées tirer des feux aussi. Les pompiers sont venus parce que des feux d’artifices (pas le notre) avaient mis le feu à une voiture pas loin. Ensuite on a pris la voiture tous ensemble pour aller devant le sapin du théâtre, il y avait de la musique, un DJ et des milliards de feux d’artifice encore mais il faisait très très froid alors j’ai dit bonjour aux deux trois copains que j’ai vu et on est rentrés aux alentours de 1h45. J’ai souhaité bonne année aux français qui étaient encore en 2012 héhé et Irina a appelé tout son répertoire puis on s’est endormi toutes les deux (Aleksandr travaillait) sur le canapé aux alentours de 3h30. Et puis voila, c’était surement pas exceptionnel comme le feu d’artifice de Taipei ou une baignade dans la mer bien chaude du Brésil, mais je m’en souviendrais toute ma vie.

Le 1, on est allé se promener avec Irina et Aleksandre dans la ville et en fin de journée (juste Irina et moi) on est allé chez la famille d’accueil de Blake. J’ai eu des cadeaux (pour changer) : des moufles bien chaudes, des chaussons, des crèmes et des chocolats et bonbons en forme de serpent. On s’est mis a table à 17h et ressorti à 21h pour manger les restes du Nouvel An.

Le 2 rebelote, cette fois c’est la famille d’accueil de Blake et celle de Caleb qui sont venues à la maison, avec au programme encore cadeaux (bon, juste un stylo ahah) et manger les restes. Irina a fait l’éloge de ma présentation alors j’ai du la faire encore, puis chanter la Marseillaise.

Le 5 janvier, je suis allée à la station de ski « Snegorka » et j’ai fait du snowboard pour la première fois de ma vie ! C’était génial ! On y est allés en navette (50 centimes le ticket de bus) et là-bas on a loué un snow et des chaussures et payer (on paye avant pour le nombre d’heures que l’on va faire). Pour un début on a pris deux heures, et j’ai payé 10 euros le matos + l’abonnement. La partie de la station où on était était celle des débutants donc il n’y avait qu’une seule piste, équivalente à un piste verte. Sauf qu’il n’y a que deux façons de remonter la piste jusqu’en haut : à pied ou en s’accrochant tant bien que mal et comme tu peux au câble métallique qui te tire jusqu’en haut (si tu tombes pas en cours de route). Sauf que même Blake et Stas qui sont  nés sur un snow (ou presque) n’arrivent pas à arriver en haut sans tomber alors le plus prudent était d’y monter à pied. Nous voilà donc partis avec Caleb (sa première fois de snow aussi) pour 15 minutes à suer jusqu’à la moitié de la piste. Arrivées là, rien qu’accrocher les chaussures au snow a représenté une grosse épreuve. La seconde a été de se relever. Un coup je ne poussais pas assez avec mes bras et je retombais en arrière sur les fesses ou sinon je poussais trop et je m’étalais la tête la première. Ensuite, dès que j’étais debout je me mettais à avancer de plus en plus vite sans autre choix que de me jeter par terre pour m’arrêter. Bref, la première descente a été plus sur les fesses/le ventre qu’autre chose. Ca a été de mieux en mieux et à la fin je faisais mes descentes sans tomber et je pouvais apprécier le paysage en même temps. Le cadre est super, loin de la ville, avec les montagnes, les sapins etc (même si ça ne vaudra jamais Samoëns avec mon Papa ahah). Bref c’était super !

 Le 7 janvier, Noël orthodoxe ! A 17h30 je suis allée à l’église orthodoxe avec Irina et Aleksandre. Devant l’église ils ont installé une crèche grandeur nature avec les personnages et le décor entièrement en glace. Les gens collent des pièces de monnaie à la glac et déposent des chocolats dans le berceau du petit Jésus. Il y avait énormément de monde (les offices durent environ 4h, mais on rentre et sort quand on veut), les gens sont hyper fervents, ils embrassent le sol, les icones et  font leur signe de croix à chaque mot du prêtre. Signe de croix qui se fait avec la main droite mais avec trois doigts et dans cet ordre «front»-«torse»-«droite»-«gauche» (soit l’inverse de la religion catholique), parfois ils se baissent pour toucher le sol puis quand ils sont debout ils s’inclinent. Le prêtre ne « parle » pas, il chante, enfin pas vraiment chanter, c’est plutôt comme une liturgie, il marmonne beaucoup. Il y a aussi des chants chantés par des sœurs. Pendant tout le temps où ils restent, les gens restent debout (en même temps il n’y a pas de sièges ahah), il y a juste un banc au fond pour les personnes âgées et les femmes enceintes. On est restés là-bas 30 minutes (Irina et Aleksandre y étaient déjà allés la veille, ils ont brulé deux cierges et on est partis. Ils m’ont posée chez Stas où j’ai retrouvé Blake et Caleb. On fait des petits écriteaux où on a écrit « Je fais du trick or treating pour la première fois » et nous voilà partis pour mon premier Christmas trick or treating ! Arrivés au premier immeuble, on ne connaissait pas le code pour entrer alors on a attendu que quelqu’un du rez de chaussée passe à côté de la fenêtre pour se mettre à chanter Jingle Bells. Par chance, la dame et sa petite fille ont eu l’air d’apprécier puisqu’elles nous ont donné le code et on a pu rentrer. Ensuite, porte à porte, à chaque fois que les gens ouvraient nous commencions à chanter, Stas filmant tout ça. Les ¾ des gens qui ouvraient leur porte nous ont donné des chocolats/bonbons/fruits mais certains nous ont donné des sous ! Un bonheur pour quelqu’un de pauvre comme moi ahah. Parfois, les gens ouvraient la porte et s’excusaient parce qu’ils n’avaient rien à nous donner, d’autres étaient pas très aimables. Un homme a même ouvert sa porte, nous a écoué chanter en entier puis a dit « Joyeux Noël à vous aussi » puis à refermer la porte sans rien nous donner ahah. Mais les gens étaient pour la plupart très gentils. On a chanté jusqu’à 21h puis répartition : 1kg de chocolat chacun + 11€ chacun, un bonheur ! C’était super marrant, on s’est éclatés (les vidéos viendront, un jour). En rentrant à la maison, Aleksandre dormait car il était malade alors j’ai donné les cadeaux (thé + livre sur Lyon en russe, merci le colis de ma Maman !) à Irina qui était super contente mais désolée de ne rien avoir pour moi.

 Et voici un dernier rituel : celui du 18 janvier, une fête religieuse orthodoxe. La « cérémonie » ayant lieu à 13h, Blake Caleb et moi avons eu la permission de rater notre dernière heure de cours pour s’y rendre (pour ce qu’on fait en cours de toute façon …). Aleksandre est venu nous chercher et nous sommes allés à la plage Tchernobyl (celle avec les bâtiments abandonnés, vous vous souvenez ?). En chemin, alors qu’on roulait et qu’on avait une vue sur la mer entièrement gelée sur plusieurs kilomètres (le plus beau spectacle au monde sans aucun doute), on voyait plein de choses au loin sur la glace, il a fallu que me pose et que je fasse disparaître mes idées d’occidentale pour comprendre que c’était toutes les voitures des gens qui pêchaient au milieu de la mer. Ca fait un choc, je vous assure. Elles sont à plusieurs kilomètres des côtes, elles sont plus proches de la mer non gelée que des côtes, il y en a vraiment beaucoup toutes éparpillées dans le golf.  Là-bas il y avait des milliards de policiers, d’ambulances et de caméramans des différentes chaînes régionales. Quand on est arrivés, descendus de la voiture pour entrer dans le vent glacial sibérien (celui qui vous fait tomber quand vous marchez) et  on est allés sur la mer gelée jusqu’à une cinquantaine de mètres du bord où il y avait deux camionnettes-ambulances et une tente. Pas loin de ces trucs il y avait également un trou creusé dans la glace (qui arrivait donc dans l’eau de la mer), avec une installation en bois avec des escaliers qui descendaient et montaient de chaque côté. Les prêtes sont arrivés, tout le monde les a suivi et on fait un cercle autour du trou. L’office a commencé, ils avaient apporté des chandeliers, des drapeaux, des icones etc. Un des prêtres a fait plusieurs fois le tour du trou en balançant son truc à encens en parlant comme une liturgie encore une fois. Les gens faisaient leur signe de croix en boucle. Ensuite, ils ont « marmonné » pendant une quinzaine de minutes, puis le prêtre a béni l’eau du trou en faisant des signes de croix, puis il en a ramassé dans son calypse (excusez moi si mes termes religieux ne sont pas exacts), puis en a jeté sur nous tous avec un espèce de petit balai en poils. A chaque fois les gens faisaient leur signe de croix trois fois puis s’inclinaient. Ensuite il a donné un signal et tous les gens se sont précipités pour récolter l’eau bénite du trou pour en récolter. Ce qui était amusant c’est que les gens étaient évidemment très respectueux, mais ils arrivaient avec leurs bidons d’essence, leur bouteille de coca ou leur pot de mayonnaise pour en récolter. Ceux qui n’avaient pas de récipients se contentaient d’en prendre dans leur main et de se la passer sur le visage (brrrrrr). Ensuite la vraie épreuve a commencé. Les fidèles les plus fous sont sortis de la tente en maillot de bain (sans chaussures sur la glace, un cauchemar) et se sont mis devant les escaliers en file indienne. Celui qui allait entrer dans l’eau faisait son signe de croix trois fois en s’inclinant puis embrassait la glace et entrait dans l’eau. J’avais jamais vu quelque chose d’aussi impressionnant, ils avaient une détermination de fer, entrer dans l’eau sans fléchir, descendre toutes les marches jusqu’à avoir de l’eau à mi-ventre, puis plonger (tête comprise !!!!!!!) dans l’eau, en ressortir, faire son signe de croix, replonger, ressortir, faire son signe de croix, replonger, ressortir, faire son signe croix puis enfin sortir de l’eau. C’était à glacer sur place. Sur les sept personnes que nous avons regardé avant de rejoindre la voiture, quatre ont du être porté par les ambulanciers pour sortir de l’eau à la fin … Et peu de jours après, une amie d’Irina qui travaille au service réanimation à l‘hôpital de Magadan nous a dit qu’une vingtaine de personnes l’avaient fait, que sept étaient venus en réanimation et que deux étaient morts … De quoi en refroidir (dans tous les sens du terme) certains … Mais c’était génial de rentrer dans cette cérémonie si particulière !

 

Bref voilà concernant mes activités particulières, en espérant que ça vous ai plu. Au passage, je suis désolée de mettre autant de temps à poster des articles, je suis énormément occupée en ce moment, entre préparation du trip à Moscou-St.Pétersbourg, multiples présentations dans les facs de Magadan (je dois avoir plus d’une cinquantaine de prétendants ahah), prise du billet d’avion retour (le 21 juiiiiiin je suis à vous !), le snowboard qui est devenu l’activité officielle du dimanche, la patinoire très très régulière aussi, les spectacles et autres … Je me dis qu’il vaut mieux que je profite à fond (je poste cet article pour mes 5 mois pile en Russie, la moitié est bel et bien passée !) et tant pis pour vous ahah.
 
 

Bref, merci de votre présence, merci pour les plus de 4 000 vues sur tous les continents, vous êtes géniaux !
 
 

samedi 29 décembre 2012

28# Mes petits russes ♥


Alors, voilà pour les faits qui m‘ont faite tomber amoureuse de la Russie et surtout de ses habitants.

D’abord, je suis allée chez la tante de mon père d’accueil et son mari, qui habitent Magadan aussi. J’y suis allée juste avec Irina, un soir après le premier dîner (premier dîner à 19h, deuxième dîner à 22h). On s’est éloignées du centre et on a pénétré dans les « ghettos ». Le mieux serait une photo, mais faute de pouvoir en poster je décris vite fait le lieu : il fait nuit, pas de lampadaires, des maisons (ou plutôt des bicoques) en planches de bois un peu branlantes et toutes tassées sur elles-mêmes, avec un petit porche devant un petit portillon en bois pour rentrer et un gros chien accroché à une chaîne devant chaque porte, autant dire que l’ambiance est un peu glauque. On sonne devant le portillon pour pas se faire manger par le chien, un homme passe la tête par l’embrasure de la porte, il voit que c’est  nous et dit « oh merde, je suis à poil, attendez dix secondes ! », ça commence bien ahah. On attend donc, il revient avec un drap autour de la taille, il a deux têtes de mort tatouées sur ses pectoraux, il est super grand, très maigre, chauve et il lui manque plusieurs dents, mais il a une « bonne bouille ». Il tient le chien et nous laisse passer le sas. On enlève nos chaussures (toujours en Russie !) et nos épaisseurs de froid, on passe le tapis qui sert de porte (oui oui, un tapis accroché au plafond et qui pend pour faire une porte) et on rentre dans la maison en elle-même. Le lieu est impossible à imaginer, je mettrais une photo dès que j’aurais osé en prendre une (et dès que je pourrais poster des photos sur mon blog évidemment …). Le plafond est très bas (1m80 je pense), il y a des tapis par terre. La pièce dans laquelle on rentre sert de cuisine et plus particulièrement de pièce de « réception » comme dans toutes les maisons russes. Au mur il y a des tapis aussi et par-dessus des milliards de choses insolites accrochées, j’ai essayé de tout voir mais il me faudrait plusieurs jours alors voila le best-of : chapelets, posters de film (notamment Twilight et Pulp Fiction, autant vous dire que c’est varié), billet de 500 euros (il semblait vrai en plus !), icones religieuses, timbres, images cuculs de chatons et de chiots, porte-clés divers et variés, articles de journaux, emballages en cartons, et le top du top, un poster pornographique grandeur nature juste à côté de la table. Il y avait aussi une télé (évidemment), un table et les meubles de cuisine, sans oublier les fils pour pendre le lige qui traversaient toute la pièce. C’était très peu éclairé et il faisait super chaud. J’essayais de pas être bouche bée tellement je trouvais ça cool mais c’était pas facile, je ferais une caméra cachée à l’occasion. Le monsieur était en train de cuisiner du poisson donc on est allées rejoindre sa femme dans sa chambre. Elle était elle-aussi extraordinaire, en chemise de nuit à nounours, toute petite et avec une touffe énorme de cheveux gris sur la tête. On a fait la convers’ (enfin Irina et elle) pendant une demie-heure en buvant du thé et en mangeant des gateaux puis on est parties. On y est retournées deux fois par la suite, et c’était toujours aussi « fun ».

Ensuite, je suis allée chez de la famille d’une amie d’Irina (enfin, si j’ai bien compris). J’avais rencontré cette dame (que tout le monde sans exception appelle « Tante Liouba ») un jour alors qu’elle était venue prendre le thé à la maison. Bref, un week-end elle a déménagé à Cniejni, un bled minuscule pomé à 30km à l’intérieur des terres et nous a donc invité là-bas. Il avait beaucoup neigé alors les routes étaient dans un état abominable (comme d’habitude en fait) et on a mis une heure et quart pour faire ces 30 km. Plus on s’enfonce dans les terres plus il y a de neige, et en arrivant au bled je comprends pourquoi il s’appelle Cniejni (littéralement, « enneigé ») car il y a plus de 1m20 – 1m30 par endroits. Et ce qui est fun c’est que comme on est à l’intérieur des terres, il fait froid ! -38 exactement, je peux vous dire que ça fait un choc en sortant de la voiture. On s’est baladées un quart d’heure, c’était dur pour respirer tellement il faisait froid et mon jean plein de neige a gelé. Ensuite on est allées rejoindre Tante Liouba, mais pas chez elle chez de la famille (?) qui habite à côté (le bled est tellement petit qu’ils sont tous voisins en fait). Il y avait donc la dame qui nous hébergeait (adorable), son mari, Tante Liouba, sa sœur, le mari et le fils de sa sœur, Irina et moi. Pour me dire bonjour, le mari de la sœur de Tante Liouba m’a fait le baisemain et devant mon air abasourdi a dit « Bein, c’est pas comme ça que vous vous dites bonjour en France ? », ça m’a faite bien rire. On est arrivées là à 14h et reparties à 19h, et pendant ce temps qu’a on fait ? C’est assez facile : manger, boire du thé, parler, boire du thé, parler, manger, boire du thé, parler, manger, boire du thé, manger. Le temps m’a paru très très long même si ils m’ont beaucoup parlé et que la bouffe était excellente ahah. La sœur de Tante Liouba m’a dit qu’elle avait une fille de (presque) mon âge qui étudiait au Gimnazia 17 de Magadan, soit la seule école où ils étudient vraiment l’anglais et elle m’a proposé d’aller faire ma présentation là-bas. Bref, ils m’ont posé plein de questions sur la France, ma famille, l’école, la vie en général et le fils de la sœur de Tante Liouba est trop mignon (6 ans). Tante Liouba m’a invitée chez elle pour les vacances, ça serait super ! Bref, c’était différent mais sympa.

Et donc comme prévu, peu de jours après la sœur de Tante Liouba m’a appelé pour me demander si je pouvais faire ma présentation à cette école le lendemain-même. J’étais tellement contente que ma présentation serve enfin à quelque chose et de rencontrer des nouveaux gens que j’ai évidemment accepté. Le lendemain cette dame est donc venue me chercher à la fin des cours et m’a emmenée dans cette école. On a attendu la pause et sa fille (Angelica) est venue nous rejoindre, m’a prise par le bras et m’a emmenée au self où on a retrouvés ses ami(e)s qui se sont tous jetés sur moi en demandant « c’est la française ? c’est la française ? », comme à ma rentrée. Ils ont tous tout de suite été adorables, m’ont prise par le bras, m’ont parlé, m’ont expliqué des choses et m’ont dit que si je comprenais pas il fallait que je le dise et ils me parleraient en anglais. On a mangé vite fait et on est allés en classe, ils étaient tous autour de moi à me poser 30 000 questions. J’ai commencé ma présentation et j’ai posé ma feuille de note (que je comptais lire) pour faire tout en impro. J’ai fait plein de blagues, c’est comme ça qu’on se met les gens dans la poche et ça a marché. Ma présentation (entièrement en russe) en elle-même dure 25 minutes et après il y a eu 45 minutes de questions (en anglais pour leur faire plaisir, ils ont plus ou moins le même niveau que moi), ça leur a vraiment plu, ils ont applaudi et tout. C’était surtout des questions personnelles plutôt que sur la France en elle-même, du genre mes films/livres/chanteurs préférés, si j’avais un copain, comment s’appelait mes amis etc … Un garçon m’a demandé de dire quelque chose en français et comme j’en ai marre des trucs bateaux du genre « Bonjour, je m’appelle Mari » etc, j’ai récité « Demain, Dès l’Aube » (littéraire un jour, littéraire toujours), ils m’ont fait recommencer une deuxième fois pour filmer, ils étaient « oooooooooh, oooooooh » avec des étoiles dans les yeux.  Je leur ai dit que j’aimerais bien sortir après les cours alors ils m’ont demandé mon numéro et m’ont dit qu’ils m’appeleraient pour faire des trucs ensemble. A la fin ils ont tous crié « paka paka ! » (« ciao ciao ») et en me faisant des grands signes, et en me remerciant infiniment, j’étais aussi heureuse qu’eux hihi ! Et comme prévu, les jours suivants, ils m’ont appelé pour me proposer d’aller au café le samedi. J’y suis donc allée et là-bas j’ai retrouvé Ilia (garçon), Julia, Ksioucha, Radna (garçon), Ania, Olga, Dacha, Eric et un garçon dont le nom m’échappe. C’était génial, on a énormément parlé (et tout en russe !), bu de thé et mangé de glaces, ils ont absolument voulu tout me payer, c’était adorable ! Je les adore !

Et comme j’ai raconté à Irina que ça s’était super bien passé, c’est tout naturellement qu’elle m’a proposée de venir la faire avec la fac où elle travaille. J’ai pas hésité longtemps (malgré le fait qu’ils ne parlent pas anglais et qu’ils soient plus vieux vus que c’est la fac) et j’ai tout de suite dit oui. Nous voilà donc parties, et dans la voiture Irina me dit « Oh, e au fait je t’ai pas dit, dans cette classe y’a 29 garçons et 2 filles ». Déjà que je stressais un peu avant, là ça a failli me faire peur ahah. En arrivant là-bas j’ai changé de chaussures et je suis allée dans la classe avec Irina. Là-bas on a retrouvé une de leur prof qui m’a accueillie avec « Oh Marrrrri, je suis trop contente de te voir, depuis le temps que j’entends parler de toi ! », ça m’a fait plaisir. J’ai installé ma présenation sur l’ordi et j’ai stressé en attendant la fin de l’intercours. Les garçons et les deux filles sont rentrées, tous en me dévisageant avec des yeux énormes. Irina m’a présenté et m’a laissé prendre la parole. J’ai fait pareil que la première fois, posé mon papier et improvisé. J’ai tout de suite capté leur attention. Ca s’est super bien passé aussi, ils ont aussi applaudi à la fin, posé encore plus de questions, mais plus sur la France que sur moi ce qui est pas pas mal non plus, du genre « Est-ce-que la vie est chère ? », « Est-ce-que y’a des films russes connus en France ? », « Qu’est-ce-que les français pensent des russes ? » etc. Plusieurs ont filmé l’intégralité de ma « prestation », et une grande partie ont filmé quand je répondais aux questions, sans compter les inombrables photos, en cachette notamment (mais rien n’échappe à mes yeux de lynx mouhaha !). A la fin ils sont venus me demander si ils pouvaient prendre des photos de moi, j’étais rouge tomate et les deux uniques filles me jettaient des regards noirs ahah. Finalement j’ai posé pour deux-trois photos toute seule mais on a fini par faire des photos tous ensemble. Je suis repartie avec Irina et certains nous ont suivi et ont demandé à Irina si ils pouvaient aller se promener avec moi, mais Irina a dit « Roooh non, pas elle toute seule avec des garçons », ahah ! Et visiblement ça leur a tellement plu que quelques jours après, Irina m’a dit qu’ils en avaient parlé à une autre classe et que maintenant je devrais aller faire ma présentation dans cette autre classe. Comme ça ne me dérangeait pas j’ai accepté et j’ai proposé à Blake de venir avec moi (Caleb n’a pas fait de présentation). Nous voila donc repartis. En arrivant là-bas j’ai revu ceux de l’autre classe qui sont venus me parler et tout, ça m‘a fait plaisir. En arrivant dans la classe, il y avait cette fois 22 garçons et une fille ! Blake a voulu que je commence alors j’ai présenté mon diapo pour la troisième fois. Ils ont été super intéressés aussi, m’ont posé quelques questions, mais surtout sur les liens France-Russie et sur ma vie à Magadan. C’est bien, ça m’a fait de la diversité de questions à chaque fois ! Blake a présenté son diapo après, c’était intéressant mais pas très personnel, ça parait plus des US que de lui c’est dommage. Ils nous ont posé plein de questions encore, nous ont demandé nos Facebook etc … C’était super sympa, j’espère y retourner encore (je suppose que je deviens narcissique à force de parler de moi tout le temps ahah).


Bref, voilà pour les faits (et encore, pas tous) qui m’ont fait tombé amoureuse de la Russie et de ces fantastiques habitants. Réfléchissez-y deux fois avant de dire que les russes ne sont pas accueillants !
 
 

27# Stop vos préjugés !



Je suis désormais sure que je ne regrette pas la Russie, et même plus que ça : que j’aime la Russie. Non pas que je n’en étais pas sure avant, mais j’ai vécu plusieurs faits qui ont produit un déclic dans ma tête (je reviendrais sur ces faits dans l’article suivant).

 
 

Je réalise enfin à sa juste valeur ma chance d’être en échange, et encore plus en Russie. Les préjugés font que ce pays est trop souvent ignoré, voire méprisé. Combien de fois avant mon départ j’ai pu entendre « la Russie ? Mais t’es folle ! La-bas y’a que des alcolos » ou « tu vas te faire kidnapper par la mafia », ou « les gens sont pas ouverts, ils aiment pas les étrangers » ou « tu vas mourir de froid (quoi que ça, c’est possible par contre), ou encore « tu vas te faire manger par un ours », voire même « c’est une année perdue ». Stop tout ça please !


Déjà, d’accord les gens boivent, beaucoup plus qu’en France. D’accord il y a des alcooliques, surement plus qu’ailleurs. Mais il ne faut pas tout généraliser. L’alcool n’a pas la même valeur ici qu’en France (je ne parle pas de l’argent), ici les gens boivent parce que « Жизнь - какашка » (« La vie c’est de la merde »). Je n’ai jamais eu de soucis avec ça dans les gens que je connais et fréquente.

Puis, je ne me suis jamais autant sentie en sécurité qu’en marchant dans la rue qu’ici (et juste pour finir de vous convaincre, comparez combien d’ES se sont fait emmerdés dans la rue en Argentine ou au Mexique puis combien en Russie, et ensuite revenez me voir, mercietaurevoir), même en France c’est « pire », ici personne ne va te siffler, te klaxonner, te draguer ou même te regarder trop insistamment dans la rue. Il suffit juste (comme partout) de ne pas traîner dans les coins qui craignent trop tard dans la nuit.

Ensuite, pour la météo je me passerais de tout commentaire, je crois que vous avez compris (et les ours hibernent alors tout va bien).

Enfin, pour l’année perdue c’est la deuxième plus grosse connerie que j’ai du entendre dans mon échange (la première va suivre dans peu de lignes). Le seul point sur lequel ça peut être considéré comme perdu c’est le point scolaire, parce que je ne travaille que très (très très très très très très très très) peu et que je dois faire ma terminale en rentrant. Mais il y a tellement plus de points sur lequel c’est positif : la maturité, l’indépendance, l’ouverture d’esprit, l’ouverture aux autres et tellement d’autres points gagnés par rapport aux jeunes restés en France dans le parcours scolaire basique ! Je vais revenir avec une maturité incomparable avec ceux n’ayant jamais vécu d’échange, je saurai me débrouiller couramment en anglais (merci Blake et Caleb) et un minimum en russe, je serai beaucoup plus capable de « survivre » seule.

Bon, maintenant, concernant LA plus grosse connerie (ça fait je sais pas combien de fois que je dis « connerie » dans cet article, excusez moi pour cette petite vulgarité, mais « bétise » serait trop faible), je crois (et j’affirme même) que c’est de dire que les russes ne sont pas accueillants, fermés d’esprits, n’aiment pas les étrangers etc … Stop stop stop, mille fois stop ! Je n’ai jamais vu des gens aussi accueillants que les russes ! D’accord ils ne parlent pas anglais et paraissent fermés sur eux-mêmes au premier abord. C’est peut-être parce que les russes sont les gens les plus timides que je connaisse. Les russes sont des gens qui ont souffert de leur passé et qui souffrent de leur présent. La vie n’est pas facile en Russie, c’est un peu un combat contre les éléments qui s’acharnent contre ses habitants (la météo, la vie si chère par rapport aux gens si pauvres, l’impression d’être isolé du reste de la Russie etc). Les gens sont pessimistes, la Russie n’est pas un pays où la joie de vivre est particulièrement importante,  surement parce qu’ils sont incertains de leur futur qu’ils appréhendent plus qu’autre chose. Mais une fois que tu les connait, tu fais partie de leur vie et ils te considèreront comme membre de la famille (mon équipe de basket qui m’a appelée « сестра » (« sœur ») dès la première séance) pour toujours. Dès mon arrivée, les gens sont venus vers moi, ou bien on m’a emmenée vers eux, et ils ont immédiatement été admiratifs et très curieux malgré leur timidité. Mais je reviens sur mon coup de foudre avec le peuple russe dans le prochain article.

vendredi 14 décembre 2012

26# La vie suit son cours.


J’ai honte, j’ai trouvé un moyen pour pouvoir avoir internet illimité sur mon ordinateur mais j’écris quand même encore moins qu’avant. Bon faut dire que je suis trèèèèès occupée, vous n’allez pas me jeter la pierre hein ?

Bref, comme d’habitude, résumé de ma vie russe :

-          Je suis allée faire du « shopping » dans un « chinese mall ». C’était assez bizarre, je m’explique : c’est pas très loin de ma maison, d’extérieur c’est juste un assez grand entrepôt. Quand on rentre, c’est impressionant, il y a des chinois partout. Ce sont des minis-stands (3 mètres de long sur 2 de large) qui vendent de tout. Certains se limitent à un domaine (blousons ou chaussures etc), d’autres un peu plus large (moufles + soutiens-vêtements + chaussures au même endroit) et d’autres sont carrément multi-fonctions (avec des bacs immenses où on peut trouver un canif à côté d’un jouet pour chien à côté d’une bouilloire à côté d’une paire de Ray Ban à 7€). C’est très amusant, ça ressemble un peu aux foires du 11 novembre avec des stands de tout et n’importe quoi (surtout de n'importe quoi en fait). Evidemment tous les chinois ne rêvent que d’une chose, vendre leur marchandise (99% de contrefaçon) et tout est bon : crier (énormément, j’avais trop peur, j’avais l’impression qu’ils allaient me frapper), te mettre une boite de chaussures dans les bras de force et te forcer à la payer,  te faire un calin etc … C’est assez destabilisant (pour ne pas dire effrayant). Je suis allée avec Irina pour acheter une paire de bottes chaudes, et la première chinoise (dont les chaussures de son stand s’arrêtait au 39) a absolument voulu me faire essayer toutes les paires, je ne pouvais absolument pas bouger (avec mon super 41, RPZ !), et elle me criait « MAIS CA VA SE DETENDRE ALLEZ JE TE LES FAIS A MOITIE PRIX ». Le « C’est toi que je vais détendre wesh ! » est resté dans ma tête, j’en menais vraiment pas large. On a réussi partir (malgré ses calins et ses immenses baisses de prix), et au final j’ai trouvé une paire de bottes assez cools et bien chaudes que Irina m’a négocié pour 25€ au lieu de 75, c’est en y retournant une deuxième fois que j’ai compris que c’est comme le souk de Marrakech, négocier est la règle d’or. Mais ça fait un peu peur, ils se connaissent tous, se font de la monnaie entre eux, et on se croirait vraiment en Chine. (Et le russe parlé avec l’accent chinois est juste incompréhensible). Mais c’est vrai que si j’ai besoin de quelque chose, je suis sure de le trouver là-bas, que ce soit une chapka, une combinaison de ski, un déguisement pour chien (je ne m’y ferais jamais) ou une contrefaçon de n’importe quelle marque (pas bien, mais je suis pauvre que voulez-vous).

-          La météo hivernale est bel et bien partie. Que ce soit les 80 cm de neige qui sont tombés lorsqu’il a neigé non-stop pendant deux semaines ; ou le vent de 95 km/h qui empêche d’aller en cours parce que la radio déconseille de sortir (j’ai compris pourquoi quand je suis quand même sortie et que au bout de 10 minutes j’avais le visage violet à cause du verglas que le vent fait voler) ; ou même les températures qui ne remontent maintenant plus jamais au dessus de -20 (et on s’y fait, même si ça fait toujours un drôle d’effet de sortir de la maison à 7h30 du matin et d’avoir le souffle coupé tellement il fait froid (oui, parce que -20 c’est en pleine journée, le matin c’est -30).Mais c’est aussi ça l’aventure, quand on rentrera certain pourront dire « j’ai survécu à un tremblement de terre », ou bien « j’ai survécu à un typhon », et moi je pourrais dire « j’ai survécu au grand froid », c’est ça qu’est cool.

-         Je suis (ENFIN) allée à la patinoire (avec Blake). Bon d’accord dit comme ça ça ne paraît pas très exceptionnel mais c’était totalement différent de la France. Celle du parc est pas encore ouverte donc  on est allés à une pas très loin de la maison. D’extérieur, c’est impossible de savoir que c’est une patinoire, ça ressemble juste à un grand entrepôt, mais Blake était venu avec sa host famille donc il savait. On rentre donc dans cet entrepôt, on va dans un coin où il y a un petit container, on frappe à la fenêtre, un papi nous ouvre et je lui dit que j’ai besoin de patins en 41. Il nous fait donc rentrer dans son container (chauffé, avec télé, bouilloir, lit etc, je pense qu’il vit là), asseoir sur son lit et essayer des patins. Il nous dit qu’on paye après, en fonction du temps de patinage (c’est relativement bien vu comme idée), donc il note nos noms et notre heure d’arrivée. Ensuite, on va dans un autre coin de l’entrepôt où il y a un vieux bus des années 80, on rentre et là bonheur, c’est chauffé ! Bref, on chausse nos patins en laissant nos chaussures dans le bus (chose qu’on ne pourrait pas faire en France car ça se ferait voler). On va sur la piste (où il y avait 4 personnes en comptant Blake et moi) en gardant notre blouson, nos moufles etc car la patinoire n’est pas chauffée ! Blake m’a dit ce que son père d’accueil lui a expliqué, que pour la piste, il mette de l’eau, ouvre les fenêtres et attendent que ça gèle, c’est pour ça que la patinoire ouvre si tard dans l’année. Bref, il faisait la même température que dehors (tout reste ouvert pour pas que ça dégèle), c'est-à-dire -27, et on a vite froid, ça je peux vous le dire. Mais c’était super sympa, au moment « fort », nous étions 11 en tout sur la patinoire (qui a la taille d’une patinoire olympique), ça change de celle Charlemagne à Lyon ! On a patiné 1h45 (il faisait vraiment très froid), c’était sympa, je m’entends vraiment bien avec Blake, on rigole pour les mêmes conneries. En partant on est donc allés rendre les patins et payer (5€ pour 1h45 et location de patin, ça va pas me ruiner). Le papi a vu qu’on était pas russes alors qu’il nous a posé des milliards de questions (j’ai fait l’interprête comme d’hab ahah), il était tout émerveillé, on a blablaté 45 minutes, c’était vraiment sympa. Bon, le souci c’est que je m’étais fixée comme objectif d’y aller une voire deux fois par semaine pour perdre ma graisse, mais il fait tellement froid que je suis pas sure d’avoir la motivation ahah !

-          Je suis (enfin aussi) allée au cinéma (avec Blake encore une fois). "Le Hobbit" était enfin sorti alors c'était l’occasion. On s’est donc retrouvés là-bas à 21h, acheté nos tickets (l’avantage d’être une fille c’est que je paye jamais ahah), et monté dans l’unique salle de l’unique cinéma de Magadan. Et là, surprise : pas (ou peu en tout cas) de chauffage ! Les gens étaient tous en blousons, bonnets, moufles etc, c’était trop bizarre. On va à nos places (numérotées sur nos billets), on pose nos manteaux et on va acheter des popcorns (obèse un jour, obèse toujours). Alors qu’on faisait la queue derrière des millions de personnes, j’entends « Marrrrrrrri ! Marrrrrrrrri ! », je regarde et c’était trois copains de cours qui nous ont dit de venir faire la queue à leur hauteur (ils étaient deuxièmes) donc c’est cool, ils m’ont bien parlé. On etst retourné dans la salle, le film a commencé, c’était en 3D. Je n’ai pas compris grand-chose à l’histoire mais les effets spéciaux sont géniaux ! Chose qui m’a étonnée (outre le fait de devoir garder son blouson), beaucoup de gens amènent à boire, le gars a côté de moi s’est descendu une bouteille de vodka (bon d’accord le film dure 2h45 mais quand même !). Bref c’était bien sympa, ça me manque le cinéma et les films !

-          Je me suis baignée. DANS LA MER. Si si, la mer qui est totalement gelée au milieu et partiellement au bord. Avec Blake (ne croyez pas qu’on abbandone Caleb, c’est juste qu’il est malade et ne peut pas sortir) on s’est dit  que pour fêter la « fin du monde » il fallait faire un truc vraiment fou alors on a pensé à ça. On s’est donc (très) chaudement équipé et arrivé là-bas a commencé la première épreuve : le déshabillage. Rien qu’aprs avoir enlevé mon bonnet j’avais déjà plus envie de faire quoi que ce soit à part me rouler en boule dans un trou. Bref, après avoir galéré à survivre en maillot de bain le temps de faire les photos nécessaires pour que l’on nous croit, il a fallu rentrer dans l’eau. La première seconde dans l’eau, tu te dis « ah bah en fait ça va ! », mais après tu réalises et là ça fait maaaaaaaal ! Je me suis arrêtée aux cuisses et c’était déjà abominable, il faisait -20° avec un vent horrible. Bref, j’ai fait des millions de photos (vous les verrez un jour promis). Le pire vient après, le rhabillage. Abominable. Renfiler 10 000 couches, avec les mains totalement insensibles. Bref, je vous passe le détails, mais je peux vous dire que les 15 minutes jusqu’au magasin le plus proche nous ont paru une éternité. Mes doigts et mes pieds ont mis très longtemps à se réchauffer, mais la fierté a fini par vaincre le tout ! I DIT IT !

-          J’ai assisté à une parade de Magadan qui célèbre les fêtes de fin d’année. C’était comme par hasard le jour le plus froid que j’ai connu de toute ma vie (on frisait les -35). Bref je suis partie avec Irina et on a retrouvé Blake et sa sœur d’accueil. On a regardé les structures en glace, c’était magnifique, de toute les tailles, toutes les formes etc. Ensuite on est allés au parc, et là on a vu une armée de Pères-Noëls débarquer (des rouges évidemment mais aussi des bleus) avec leur « Sniégourotchka » (« la fille de la neige », fille du Père-Noël qui l’aide dans son travail), les deux personnages de Noël en Russie. Ils ont fait une parade jusqu’au théâtre, mené par le maire de Magadan (lui aussi en Père-Noël évidemment). Certains des Pères-Noëls jouaient de la musique et d’autres portaient des banderoles avec marqué « C novim godom ! » (« Bonne année ! »). Arrivés là-bas, j’étais déjà réduite à l’état de stalagmite vivante vu comme il faisait froid. Le maire a fait un mini discours et a inauguré le sapin de la place du théâtre et toutes les guirlandes se sont allumées ensemble en même temps et il a y eu un feu d’artifice. Après les Pères-Noëls et les Sniégourotchka ont fait une farandole, une chorégraphie etc. On a croisé Stas par hasard et on s’est réfugiés dans un café pour boire un thé (café où j’ai croisé des millions de connaissances au passage). Bref, c’était marrant mais vraiment trop froid, j’anticipe vraiment pour le point le pire de l’hiver …
 

 
(Je complèterai cet article au fur et à mesure.)


 

Plus de 3000 vues all around the World (France, Taïwan, Russie, Algérie, Pays-Bas, Brésil, Inde, Canada, Guyane Française, Réunion, Tunisie, Suède, Pologne, USA, Grande-Bretagne, Australie, Belgique, Argentine, Allemagne, Nouvelle-Zélande, Turquie, Norvège, Martinique et Pérou, wahouuuuu !), merci !


Love you.